Catégories
Pour ceux qui ont déjà lu le roman

Idées culturelles pour 2021

Dans le roman, j’évoque des références à de nombreuses oeuvres : des livres, des chansons, des films… À quelques rares exceptions près (que vous avez probablement identifié rapidement), ce sont des repères qui ont jalonné ma vie et la construction de mes réflexions. Je me suis dit que pour vous accompagner dans cette nouvelle année, j’allais vous suggérer les meilleures (selon moi, donc nous ne serons peut-être pas d’accords !).

Côté littérature, je pense en particulier à Malevil de Robert Merle, qui nous immerge dans un univers post-apocalyptique suffisamment contemporain pour s’y croire vraiment. Plus récemment, La constallation du chien de Peter Heller m’y a fait penser, de par son thème mais aussi son rythme d’écriture, à la fois contemplatif et haletant. 

Dans un tout autre style, Un été dans l’ouest de Philippe Labro, est le roman initiatique d’un jeune français parti passer l’été dans le Grand Ouest américain (attention, c’est la suite de L’étudiant étranger). 

Aux antipodes de ces romans contemporains, la magnifique saga Les annales du Disque-Monde de Terry Pratchett ravira les amateurs de fantasy burlesque. Ne passez surtout pas à côté des notes de bas de page qui sont souvent hilarantes. 

Et bien évidemment, Paroles de Jacques Prévert, qui est un peu la colonne vertébrale de mon roman : un recueil de poèmes très accessibles, alternant émotion et humour.

Côté musique, tout dépend de votre humeur du moment. 

Pour une ambiance tout en douceur, je ne peux que vous suggérer Guantanamera de Compay Segundo, Tout simplement de Bibie ou The fields of joy de Lenny Kravitz. 

Si vous voulez que ça bouge un peu plus, optez pour I gotta feeling des Black Eyed Peas ou Tout le bonheur du monde de Sinsemilia. 

Et si vous voulez vous amuser, il y a aussi La banane de Philippe Katerine ou encore Bécassine is my cousin de Chantal Goya (mais là, c’est du non garanti, non remboursé).

Enfin, côté cinéma, je ne peux que vous conseiller de vous prendre un petit shoot de vieux dessins animés Disney pour retomber en enfance (Les Aristochats ou Les 101 Dalmatiens par exemple), de revoir La cité de la peur pour le plaisir de connaître toutes les répliques par coeur (si ce n’est pas encore le cas, honte à vous) ou encore de regarder Ensemble, c’est tout, le film de Claude Berri tiré du roman d’Anna Gavalda (au fait, je vous avais dit qu’elle avait été ma prof au collège ?).

Les débats sont ouverts…

Catégories
Pour les futurs lecteurs

Les thématiques du livre

Pour tout vous dire, c’est cette période mouvementée et plutôt anxiogène qui m’a donné envie de publier mon roman sans attendre. Parce que dans La douceur angevine, vous trouverez des histoires qui font du bien. Qui parlent d’amour, d’amitié, de liens forts, d’instants suspendus, de petits bonheurs du quotidien, de découvertes, d’aventures professionnelles, de cheminements personnels, de poésie… 

Pour autant, je ne voudrais pas faire de publicité mensongère : ce n’est pas un roman « feel good » où tout le monde est gentil et où tout se passe toujours bien. Les personnages sont confrontés à des épreuves, parfois terribles, mais… sans vous en dire trop, ils les affrontent et font preuve d’une bonne dose de résilience et de solidarité. Bref, c’est un roman qu’il fait bon lire au coin du feu… ou sur un transat.

Catégories
Pour les futurs lecteurs

Pourquoi un épisode à Dublin ?

Je voulais revenir sur l’une des étapes de ce livre, qui se passe assez loin de l’Anjou, en Irlande. Si j’en parle, c’est parce que je suis tombée amoureuse de Dublin lors de mes années estudiantines. 

En effet, en 2001, j’y suis partie pour un semestre d’études, au sein de la DCU (Dublin City University). Malgré mes 3 années précédentes passées en école de commerce, je n’étais encore jamais autant sortie : j’ai visité un nombre de pubs et de bars à vins absolument incroyable, j’ai été de tous les concerts et de toutes les soirées. 

Je me suis retrouvée en coloc’ avec un melting-pot culturel improbable, tantôt avec des Chinois, un Tchèque et un Espagnol, tantôt avec une Canadienne et une Irlandaise. 

J’ai vadrouillé un peu partout sur l’île, avec mes nouveaux amis Guillaume, Fanny et Pilou notamment (ils le sont restés depuis !), à la découverte de la côte Est et de Wicklow, Howth ou encore Cork…, de la côte Ouest dans la région du Ring of Kerry, du Connemara, des falaises de Moher… et enfin de l’Irlande du Nord, avec sa chaussée des géants et ses distilleries de whisky.

Toutes ces activités ne m’ont pas empêchée d’obtenir mon trimestre haut la main, avec une mention en littérature irlandaise. C’est à cette occasion que j’ai découvert de nombreux contes et légendes sur le « petit peuple », un univers fabuleux, qui me fait encore rêver aujourd’hui durant mes balades en forêt de Rambouillet. Avec mon fils, nous sommes toujours à la recherche des maisons des lutins. Nous nous en approchons discrètement pour ne pas les déranger ou abîmer leur demeure (la photo jointe a été prise durant l’une de nos escapades). 

Je me suis sentie tellement bien dans la capitale irlandaise que j’ai décidé de prolonger mon séjour : j’ai enchaîné avec un stage dans un cabinet d’avocats dirigé par deux associés totalement loufoques. L’un circulait au volant d’une Rolls Royce qu’il me demandait parfois de garer quand il était en retard à une audience (!!), et l’autre avait érigé un autel bouddhiste au milieu de la salle d’attente. 

Cette année en Irlande est l’une des périodes les plus libres et enthousiasmantes de ma vie, c’est pourquoi j’ai voulu en faire l’une des étapes de ce roman. J’espère que cela vous donnera envie de partir à sa rencontre si ce n’est pas déjà fait.

Catégories
Pour les futurs lecteurs

Pourquoi ce titre ?

Oui, pourquoi « La douceur angevine » ?

C’est un hommage à la région dans laquelle j’ai passé 5 ans durant mes études, à la fin des années 90 et au début des années 2000. Angers fait partie de mes villes de coeur. 

Une grande partie de l’intrigue se déroule en son sein et dans les villages environnants. Vous y retrouverez ces magnifiques terres d’Anjou : sa campagne agricole et viticole, ses carrières d’ardoise, ses paysages, ses cours d’eau et ses saisons. Au fil des pérégrinations des personnages, vous serez aussi entraînés à la découverte des bords de Loire et de l’arrière-pays, jusqu’à la côte atlantique.

Petite info culture : Joachim du Bellay pourrait être le père de l’expression de « douceur angevine », puisqu’il l’utilisait déjà au 16ème siècle dans son poème « Heureux qui comme Ulysse… » dont vous trouverez le texte complet ici.

Cette expression reste souvent utilisée aujourd’hui, pour évoquer à la fois le climat et l’ambiance de cette région chaleureuse. 

J’aimais aussi ce titre, car derrière la douceur, se cache souvent… ahahaha, vous verrez bien en le lisant !